Edukira salto egin | Salto egin nabigazioara

Tresna pertsonalak

Eibarko peoria, San Blasa baino hobia
Hemen zaude: Hasiera / Blogak / Amatiño / L´identité basque, selon Jean Haritschelhar

L´identité basque, selon Jean Haritschelhar

Amatiño 2008/09/14 16:55
"Etre basque, c'est se considérer membre de la 'nation' basque, que l'on soit de citoyenneté espagnole, française ou américaine. C'est avoir conscience de faire partie d'un peuple, d'une communauté sociale, spirituelle et affective" (Jean Haritschelhar).

L' Express astekari frantsesak Bienvenue chez les basques deritzan hamasei orrialdeko sail berezia eskaini zuen aurreko abuztuaren 14tik 20ra bitarteko astean: La force tranquile d' un peuple; Natura, fêtes, saveurs: un pays à découvrir; Parlez-vouz basque? izenburupeko erreportaiak, besteak beste, eta baita Jean Haritschelhar euskaltzainburu ohiari egindako elkarrizketa luzea ere. Ondoren, euskal nortasunari dagokion erantzun-sorta besterik ez:

L'Express: Comment définissez-vous l'identité basque?

Jean Haritschelhar: Etre basque, se sentir basque, suppose la reconnaissance d'un état de fait lié à une géographie, à une histoire ou encore à une communauté linguistique. Les motivations peuvent être différentes pour chacun.

C'est-à-dire?

Certains se pensent basques parce qu'ils sont nés au Pays basque, même de parents « étrangers », et même s'ils ne parlent pas l'euskera. Ils se sentent de « nationalité basque ». D'autres, nés de parents basques, vivent loin du pays. Ils ont souvent oublié, ou n'ont jamais appris la langue, mais ils se sentent basques par filiation. Il y a aussi ceux qui sont nés au Pays basque, de parents basques, mais qui ne parlent pas la langue. Qui leur refuserait le droit d'être basque ? Il y a enfin les eskaldun, qui parlent naturellement la langue ancestrale. Mais aussi ceux qui, venus en terre basque, ont obtenu leur lettre de naturalisation en l'apprenant. Etre basque, c'est se considérer membre de la « nation » basque, que l'on soit de citoyenneté espagnole, française ou américaine. C'est avoir conscience de faire partie d'un peuple, d'une communauté sociale, spirituelle et affective.

Un étranger qui s'installe au Pays basque a-t-il intérêt à apprendre l'euskera?

Certainement. Son intégration sera plus facile.

Vous sentez-vous plus basque que français?

Je suis de nationalité basque, de citoyenneté française et, en rêve, européen.

L'Europe vous paraît-elle un meilleur rempart que la France?

Plusieurs traités internationaux et notamment européens demandent que les langues régionales reçoivent une pleine reconnaissance juridique.

Croyez-vous à une identité génétique basque?

On a longtemps dit qu'un Basque devait avoir quatre grands-parents basques, c'était un concept du XIXe siècle. A cette période, l'affaire Dreyfus éclatait en France, l'antisémitisme était fort. Cela correspond à une époque.

Et aujourd'hui?

On n'examine plus les crânes, mais l'ADN. Je laisse faire les experts. Il paraît que le facteur Rhésus négatif est plus répandu ici qu'ailleurs. Ce sont des choses que la science devra éclaircir, je ne m'aventurerai pas sur ce terrain. Pour moi, ce qui compte, beaucoup plus que les gènes, c'est l'esprit, la culture... et la langue !

 

 Jean Haritschelhar

ramon
ramon dio:
2008/09/15 18:18

Bat nator orokorrean Jean'ek esandakoarekin, bainan gakoa eta mamina, nere ustetan naiz eta ibili duen gaixan bueltan egon ez da hori, hau da, galdera euskeraz egiten badugu (sekulan erdaraz) argi geratzen da : Nor da euskalduna?, Ez direnen artean ba al da L'identite basque duenik? Eta besteak zer dira?. Hauen artean dago gakoa ahoz gauza bat esan eta barrenean kamuflajepean beste bat pentsatzen duen jende dexente dagoelako.Hemen egin behar da arrantza, eta gaur egun ez dago batere erraza arrazoi desberdinagatik..., eta dagoen lan gordinena hauek bigarren multzora pasatzean dago.

Iruzkina gehitu

Erantzuna formulario hau betez utzi dezakezu. Formatua testu arruntarena da. Web eta e-posta helbideak automatikoki klikagarri agertuko dira.

Galdera: Zenbat dira hogei ken bi? (idatzi zenbakiz)
Erantzuna:
Aurkezpena

Amatiño

Luis Aranberri Mendizabal